Activités

 
 

A PROPOS DE LA FORMATION

Introduction
Dans ce chapitre, nous proposons quelques pistes de réflexions concernant la complexité et la spécificité de la formation en psychanalyse et en psychothérapie psychanalytique. Outre les formations théoriques et cliniques auxquelles le futur psychothérapeute ou psychanalyste participe, il doit aussi suivre une psychanalyse personnelle. Comme nous le développons ci-dessous, ces différents aspects de la formation privilégient le processus d'évolution interne du candidat et lui transmettent à la fois des connaissances théoriques et cliniques, un savoir-faire pratique mais, surtout, un " savoir-être ".

La formation en psychanalyse
Devenir psychanalyste nécessite une formation spécifique, exigeante et de longue durée. Cette formation se fait dans des instituts de formations spécialisés et est entreprise par les candidats après leur formation universitaire de base.

La psychanalyse est à la fois une théorie du fonctionnement psychique, une théorie de la psychopathologie et un outil thérapeutique. Ceci permet aux psychanalystes d'utiliser la compréhension psychanalytique dans toutes les situations pour lesquelles ils sont consultés et en face de tout type de pathologie psychique ou psychosomatique même dans un cadre de consultation de psychiatrie ou de psychologie générales. Il est important de souligner la spécificité du " travail analytique " fait par un analyste, même dans des dispositifs de soins autres que la cure psychanalytique.

A propos de cette approche analytique si complexe à acquérir, R. Kaës nous dit ceci : " Je voudrais faire remarquer les rapports dialogiques entre la situation psychanalytique et le processus psychanalytique. La situation psychanalytique est générée par le dispositif, le cadre et la règle fondamentale, et une fois établie, elle soutient le processus, qui à son tour fait évoluer la situation. Chaque variation de la situation ou du processus ou du cadre infléchit la nature de l'expérience de l'inconscient. Elle infléchit aussi les conditions de la connaissance de l'inconscient. En même temps que la méthode est la voie qui conduit à l'objet, elle construit cet objet et elle suppose une théorie de l'objet auquel elle ouvre l'accès. D'où une tension non résolue, souvent d'allure paradoxale, entre l'exigence méthodologique et la construction théorique, tension qui doit être reconnue comme la condition dans laquelle s'exercent la pratique et la théorisation psychanalytiques (Kaës 2002) ".

L'intérêt de Freud pour la formation apparaît très tôt dans les textes qu'il consacre entre 1904 et 1910 à la technique. L'accent s'y déplace de la description de la méthode et des buts de la psychanalyse, vers l'exigence des qualités et compétences nécessaires du médecin pour devenir l'instrument adéquat de cette méthode aux indications précises.

La formation dans sa conception et dans sa structure actuelle a été principalement élaborée à Berlin dans les années 1920 à 1930 et n'a, dans ses fondements, pratiquement pas changé depuis lors. Elle s'appuie sur trois piliers qui s'étayent les uns sur les autres pour donner un soubassement solide et cohérent à toute la formation:

  1. la psychanalyse personnelle,
  2. la formation théorique,
  3. la supervision.

Actuellement la théorie enseignée comprend, entre autres, la nosographie psychanalytique, la métapsychologie, la théorie de la technique psychanalytique et la théorie du fonctionnement psychique. L'analyse personnelle permet une découverte unique de son propre univers psychique dans la relation avec un psychanalyste. La supervision a une position particulière puisqu'elle est sensée transmettre non pas une technique mais "l'âme de la technique".
Ces 3 étapes se caractérisent par le savoir-être, le savoir et le savoir-faire. La plupart des formations des adultes se cantonnent au savoir et au savoir-faire, ce qui est totalement insuffisant pour les psychanalystes. Nous pourrions définir la formation psychanalytique par un processus de transformation interne qui s'appuie sur une théorie et une technique.

Comme le dit D. Anzieu, la formation quand elle est pratiquée par des psychanalystes est à distinguer de l'enseignement en ce que celui-ci porte toujours sur les processus psychiques secondaires. Il poursuit en disant qu'à son avis (et nous le rejoignons tout à fait en cela), il ne pourrait y avoir de véritable formation sans mobilisation chez les sujets en formation des processus psychiques primaires, ceci d'autant plus quand cette formation s'adresse à des psychistes. " L'objet dont ils demandent à acquérir une meilleure compréhension est l'appareil psychique et nul ne peut comprendre les phénomènes psychiques s'il ne s'est personnellement impliqué dans des situations où ceux-ci se trouvent mobilisés de façon intensive et où leur dynamique profonde a l'occasion d'être éclaircie. Les apprentissages se situent au niveau des savoirs ou des savoir-faire, tandis que la formation concerne le sujet au niveau de son être dans le savoir, qui est aussi celui de son sentir être avec lui-même et avec les autres ". (Anzieu, 1972, pp XII-XIII)

D. Anzieu rajoute : " Tant qu'il n'a pas été analysé dans une cure elle-même individuelle, le fantasme individuel capte, altère ou paralyse la perception et l'intelligence de tout ce qui se rapporte au fonctionnement de l'appareil psychique. Seule la formation analytique, parce qu'elle opère au préalable à un autre niveau, celui du savoir-être, permet au candidat d'accéder à la possibilité à la fois d'un savoir vrai sur son propre inconscient et de savoir-faire appropriés aux effets de résistance et de transfert par lesquels l'inconscient des autres va se manifester à lui quand ils demanderont d'être enseignés, rééduqués ou guéris. Le savoir-faire est donc subordonné à un savoir-être, savoir être qui ouvre sur la curiosité, la pulsion épistémophilique " (Anzieu 1975).

Déjà en 1910 dans Perspectives d'avenir de la thérapeutique analytique, Freud écrit: "Nous remarquons que tout analyste ne peut mener à bien ses traitements qu'autant que ses propres complexes et résistances intérieures le lui permettent. C'est pourquoi nous exigeons qu'il commence par subir une analyse et qu'il ne cesse jamais, même lorsqu'il applique lui-même des traitements à autrui d'approfondir celle-ci." Parlant du "tact médical" à avoir en présence de résistances internes chez les patients, Freud dit encore dans A propos de la psychanalyse dite sauvage: "Aujourd'hui encore il n'est pas possible d'apprendre cette technique (analytique) dans les livres, elle ne s'acquiert qu'au prix de lourds sacrifices de temps, de peine et de mécomptes. Comme toute autre technique médicale on l'apprend de ceux qui la possèdent déjà à fond." Et un peu plus loin, il poursuit : "Il n'est agréable ni à moi-même ni à mes amis et collaborateurs de monopoliser ainsi l'exercice d'une technique médicale. Mais en face des dangers que pourrait faire courir aux malades et à la cause de la psychanalyse l'emploi d'une pareille "psychanalyse sauvage", il ne nous reste plus d'autre alternative. Au printemps de 1910, nous avons fondé une Association Psychanalytique Internationale" (IPA).

Nous voyons que pour Freud l'éthique coïncide avec une bonne technique qui résulte d'une formation adéquate. Ceci a nécessité la création de l'IPA comme association internationale de psychanalyse garante de la qualité et de la rigueur de la formation. Par après, au sein des sociétés de psychanalyse se référant à l'IPA, des instituts de formation sont créés un peu partout en Europe (il n'en existe pas au Luxembourg) et dans le monde entier. Ces instituts "sont les seuls en position de pouvoir surmonter les difficultés qui se trouvent sur le chemin de la formation psychanalytique. Ils (...) doivent être regardés comme la seule protection possible envers les dommages aux malades, occasionnés par des personnes ignorantes et non qualifiées qu'elles soient des médecins ou des non-médecins." (Freud)

Dans Conseils aux médecins sur le traitement analytique (1912) il dit encore: "L'analyste qui aura négligé de se faire analyser en sera puni, non seulement par son incapacité à dépasser un certain niveau de connaissance en analysant les patients, mais par le risque encore plus grave de nuire à autrui."

Formation et éthique analytique sont donc intimement associés. Freud énonce ainsi un premier principe éthique : la recherche et le respect de la vérité psychique du patient auquel il en rajoute un second : ce n'est que par la compréhension et l'interprétation que l'analyste soulage la souffrance de ses patients. Le respect de la souffrance psychique dans la recherche de la vérité psychique confère à la méthode analytique sa rigueur et impose ses règles à la technique.

Pour plus de renseignements concernant la formation psychanalytique

• en Belgique :

Société Belge de Psychanalyse* (SBP)

• en France :

Société Psychanalytique de Paris* SPP,

Association Psychanalytique de France* (APF),

Traversées Freudiennes (TF)

• en Allemagne :

Deutsche Psychoanalytische Vereinigung* (DPV)

• en Angleterre :

British Psychoanalytic Society* (BPS)

* sociétés membres de l'Association Psychanalytique Internationale ('IPA) et de la Fédération Européenne de Psychanalyse (FEP)

La formation en psychothérapie psychanalytique
La formation en psychothérapie psychanalytique est dérivée de la formation analytique. Elle se base sur le même trépied que la formation analytique à savoir :

• la psychanalyse personnelle
• la formation théorique et clinique
• les supervisions hebdomadaires

La psychanalyse personnelle est l'aspect la plus intime de la formation. Il s'agit d'une démarche incontournable. Comment en effet s'intéresser au fonctionnement psychique des patients si le psychothérapeute ne s'est pas intéressé à son propre fonctionnement psychique ? Celui-ci ne peut, bien sûr, aider ses patients que dans la mesure où lui-même a réussi à progresser.
Par contre, les thérapeutes qui utilisent des thérapies et/ou des techniques thérapeutiques qui ne prennent pas en compte le fonctionnement psychique mais qui tentent d'influencer le comportement du patient, n'ont en général pas fait de psychothérapie ou de psychanalyse personnelles.

Ces dernières décennies la psychothérapie psychanalytique a connu un grand essor. Deux raisons semblent y avoir contribué:
— la cure psychanalytique classique comme telle n'est pas praticable dans certains cadres institutionnels et contre indiquée pour certains types de pathologies. Néanmoins la compréhension analytique de certaines pathologies qui jusqu'il y à peu étaient considérées comme en dehors du champ d'action de la psychanalyse s'est avérée fructueuse. La psychothérapie psychanalytique est la méthode psychothérapeutique de choix dans toutes les institutions de soins où la composante thérapeutique, c'est-à-dire de soutien, d'aide et de collaboration interdisciplinaire, est importante étant donné les pathologies et les problématiques rencontrées. De ce fait, la formation à la psychothérapie psychanalytique devrait tenir compte de la dimension groupale et institutionnelle.
— l'expansion extraordinaire du domaine des institutions de soins psychiques et des professionnels qui y travaillent.

La psychothérapie psychanalytique est une adaptation de la pratique psychanalytique à des situations -pathologiques ou institutionnelles- pour lesquelles le cadre psychanalytique classique de la cure ne conviendrait pas.

Cette situation a amené un nombre croissant de médecins et de psychologues à désirer se former comme psychothérapeute psychanalytique.
Le fait d'appartenir à une association professionnelle reconnue, pour laquelle un cursus de formation long et approfondi est exigé, représente une garantie de sérieux et de fiabilité en ce qui concerne la formation de ses membres, d'autant plus si cette association a des connections internationales

Pour plus de renseignements :

• en Belgique :

Fédération Francophone Belge de Psychothérapie Psychanalytique* (FFBPP)

• en Allemagne :

Deutsche Gesellschaft für Psychoanalyse und Tiefenpsychologie* (DGPT)

• en Angleterre :

British Confederation of Psychoanalytic Psychotherapists* (BCP)

 

Association for Child Psychoanalysis* (ACP)

 

Association forPsychoanalytic Psychotherapy in the National Health Service* (APP)

• en France :

Cercle d'Etudes Françaises pour la Formation et la Recherche: Approche Psychanalytique du groupe, du psychodrame, de l'institution* (CEFFRAP)

 

* sociétés membres de l'EFPP

Bibliographie
ANZIEU D. (1972) : Travailler en psychanalyse dans les groupes. Le moniteur et sa fonction interprétante, in Anzieu D., Kaës R. et coll., Le travail psychanalytique dans les groupes, 1. Cadre et processus, Dunod, Paris.
ANZIEU D. (1975) : La fantasmatique de la formation psychanalytique in Fantasme et formation. R. Kaës - D. Anzieu, L.V. Thomas. Dunod, Paris.
FREUD S. (1910) : Perspectives d'avenir de la thérapeutique analytique, in La technique psychanalytique. P.U.F., Paris.
FREUD S. (1912) : Conseils aux médecins sur le traitement analytique, in La technique psychanalytique. P.U.F., Paris.
KAËS R. (2002) : La consistance psychanalytique du travail psychanalytique en situation de groupe. Exposé dans le cadre du GERCPEA à Luxembourg.


 
 


retour | accueil | présentation | activités | congrès & colloques | actualités | textes & livres | liens | contact

 

last modified: 2016-05-27